Restez informé par e-mail

dimanche 3 mars 2013

Athènes est loin d'être une ville fantôme


Athens is far from being a ghost town

Depuis le temps que je vous raconte ma vie en Grèce, et les beaux jours approchant, il me semble que je me dois de vous expliquer pourquoi ce serait bien que vous passiez un peu de temps à Athènes.




D'abord, il faut que vous sachiez que les gens sont accueillants et que la ville est sûre. Après tout ce qu'on a entendu sur Athènes, on a l'impression qu'on va se faire frapper par des policiers ou agresser à chaque coin de rue, et c'est totalement faux.
En dehors de quelques endroits bien déterminés dans lesquels il est préférable de ne pas s'aventurer après la tombée de la nuit (Omonia est le plus célèbre) la ville est totalement sûre. Que ce soit du côté d'Akropolis, de Plaka, de Thissio ou de Petralona (et je passe sur les quartiers que je ne connais pas assez) on peut se promener sans courir le moindre risque, et à n'importe quel moment de la journée ou de la nuit.
Et en plus d'apprécier une ville accueillante et de faire mentir les médias qui décrivent Athènes comme un peu d'enfer sur terre, en amenant des devises en tant que touriste, vous inciterez les autorités à promouvoir les activités historiques et culturelles, des secteurs qui sont souvent sacrifiés sur l'autel de la rentabilité en cas de crise.
À votre retour, vous pourrez témoigner pour expliquer à tous ceux qui veulent bien l'entendre que la Grèce n'est pas un pays où les gens meurent de faim et où les magasins sont vides.

Maintenant, je comprends aussi que certains d'entre vous hésitent un peu. Venir en Grèce, pour tous les déçus du capitalisme sauvage et goinfre, c'est un peu cautionner et maintenir en vie un système moribond qui plonge de plus en plus de gens dans la misère. Et cette argumentation tient debout, mais au point où nous en sommes, il peut être intéressant de passer quelques jours ou quelques semaines à essayer de comprendre ce qui se passe ici, quitte à ce que le système se maintienne en place un peu  plus longtemps. Et puis entre nous, cela fait maintenant presque un an que je suis là, et je ne pense pas qu'un nouveau mode de gouvernance émergera pendant l'été, avec ou sans touristes.
D'autres auront des remords à profiter des prix cassés qui accompagnent la crise, et à ceux-là, je dirais que rien ne les empêche de laisser des pourboires abondants et de consommer le plus intelligemment possible, en se limitant aux quartiers réservés aux touriste, là où les prix sont aussi élevés que dans n'importe quel quartier de ce genre en Europe, ou en évitant de négocier sur les marchés populaires.
Enfin, pour ceux qui auraient peur de ne pas pouvoir communiquer à cause de la barrière de la langue, je précise que les Grecs parlent globalement bien mieux l'anglais que les Français.

Alors, pour ceux qui décideront de venir, que ce soit en transit pour les îles ou pour rester dans la capitale, je vous donne quelques adresses qui vous permettront de vous rendre compte que si Athènes peut parfois être considérée comme une ville sinistrée, c'est loin d'être une ville morte.




Le Six DOGS, en journée comme en soirée.






Le T.A.F (The Art Fondation) idem, en journée comme en soirée.





Au 9 de la rue Vlachava, il est fermé sur la photo parce que je l'ai faite un dimanche après-midi, mais ne vous y trompez pas, c'est l'un des endroits branchés pour passer vos nuits athéniennes, jusqu'au petit matin.



Athens is far from being a ghost town

Since I started telling you about my life in Greece, and as sunny days are approaching, I think I have to explain you why it would be good if you spent a little time in Athens.




First and foremost, you must know that people are friendly and the city is safe. After all we've heard about Athens, it seems we're going to get hit or assaulted by police at every corner, and it is totally false.
Apart from a few well-defined areas in which it is better not to wander after dark (Omonia is the most famous) town is completely safe. Whether the side of Akropolis, Plaka, Thissio or Petralona (and I don(t speak about neighborhoods I do not know enough) you can walk without taking any risk, and at any time, day or night.
And more than enjoying a welcoming city to defy the media describing Athens as a bit of hell on earth, you will bring money as a tourist, thus you will encourage the authorities to promote the historical and cultural activities, sectors which are often sacrificed in the name of profitability during the crisis.
Once you're back, you can testify and explain anyone who's listening that Greece is not a country where people die of hunger and where the stores are empty.


Now, I also understand that some of you hesitate a little. Coming to Greece, for all disappointed by strong and greedy capitalism is just like giving a stamp of approval and keeping alive a moribund system pushing more and more people into poverty. And this argument makes sense, but at the point where we are, it may be worth to spend a few days or weeks trying to understand what is happening here, even if the system is maintained a little longer. And between us, it's almost a year now that I'm here, and I do not think a new way of governance will emerge during the summer, with or without tourists.
Some others will have remorse for taking advantage from the discounts that accompany the crisis, and to those, I would say that nothing prevents correctly tipping and consuming as intelligently as possible, by going to areas reserved for tourist where prices are as high as in any area of this kind in Europe, or by avoiding to negotiate on popular markets.
Finally, for those who are afraid of not being able to communicate because of the language barrier, I said that the Greeks generally speak better English than the French.

So, for those who decide to come, whether in transit to the islands or to stay in the capital, I give you some addresses that will allow you to realize that if Athens can sometimes be considered a devastated city devastated, it is far from being a ghost town.




The Six DOGS, nights and days.




The TAF (The Art Fondation) nights and days too




At the 9th of Vlachava street it is closed on the picture because I made it on a Sunday afternoon, but make no mistake, this is one of the trendy places to spend your Athenian nights, until the morning.

Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire