Restez informé par e-mail

dimanche 4 novembre 2012

Les néo-Grecs arrivent


The new Greeks are coming

La dernière fois que je discutais avec l'un de mes voisins, quand je lui ai expliqué comment j'essayais de vivre, il m'a dit :
— Alors, tu es un néo-Grec !
Comme je lui ai demandé ce qu'il entendait par là, il m'a fourni quelques explications.
Le Grec, c'est un type un peu magouilleur, bosseur, qui passe des heures à travailler pour faire vivre sa famille. Le néo-Grec, c'est un type qui n'a pas de boulot fixe, qui passe pas mal de temps au café, et qui se débrouille pour vivre, sans faire trop d'efforts.



J'ai pris ce commentaire comme un compliment, d'autant plus qu'il était fait avec le sourire, mais je lui ai tout de même demandé de m'expliquer son point de vue.

D'abord, ce qui caractérise le néo-Grec, c'est sa débrouillardise. Il travaille le plus souvent au noir, vit dans une collocation ou dans l'appartement d'un ami qui vit à l'étranger. Dans ce dernier cas, il s'occupe de l'entretien et paye les charges et les taxes. Beaucoup de propriétaires aiment mieux ça, plutôt que de laisser un appartement vide. Le néo-Grec rend facilement service à ses amis, et attend d'eux qu'ils lui trouvent des clients capables de le payer pour faire le même travail. Aller faire de la peinture chez un pote, en échange d'un repas et d'une bière, ne lui pose aucun problème, d'autant plus que ce même pote donnera son numéro à tous ses voisins qui voudront faire faire de travaux de peinture chez eux.

Autre caractéristique, du néo-Grec, il consomme a minima. Chez lui, il a une paire de baskets, une paire de chaussures d'été et une paire de chaussures d'hiver. Il ne les change que lorsqu'elles sont fichues.
Globalement, il ne passe pas longtemps à se demander comment il va s'habiller le matin puisqu'il ne dispose que d'un ou deux exemplaires de chaque vêtement. À chaque fois qu'il renouvelle un élément de sa garde-robe, il privilégie l'efficacité et la solidité sur le style et sur la mode ; c'est pour cette raison qu'on le trouve souvent habillé en jean, baskets, sweat à capuche.



Les néo-Grecs sont des hommes ou des femmes, ils peuvent avoir entre seize en quarante-cinq ans. On les regarde bizarrement parce qu'ils n'ont pas de projets. Acquérir une maison, fonder une famille, suivre une carrière, tous ces concepts sont totalement inaccessibles aux néo-Grecs qui cherchent avant tout à profiter du moment présent, sans se faire d'illusions sur l'avenir.


Personnellement, je trouve ces néo-Grecs assez sympathiques. Dans la grande tradition hellénique, ils placent la philosophie, l'art et la culture avant la productivité. La seule chose qui me chiffonne chez eux, c'est qu'ils s'adaptent à un système hostile sans chercher à changer les règles du jeu. Ils vivent à côté du système, mais proposent peu d'alternatives. Maintenant, quand j'y réfléchis, je me dis qu'ils ont peut-être raison, que ce système qui nous oppresse s'écroulera tout seul lorsque les néo-Grecs seront devenus assez nombreux et que les anciens Grecs seront trop fatigués pour le porter à bout de bras.





The new Greeks are coming


The last time I talked with one of my neighbors, when I explained how I tried to live, he told me:
- So, you're a neo-Greek!
As I asked him what he meant, he gave me some explanation.
The Greek is a little schemer guy, hard-worker, who spends hours working to support his family. Neo-Greek, this is a guy who has no real job, who spends a lot of time in coffeeshops, who manages to live without too much effort.



I took this comment as a compliment, especially since it was done with a smile, nevertheless I asked him to explain his point of view.

First, what characterizes the neo-Greek is his resourcefulness. He works mostly on the black market, lives in a shared apartment or in the flat of a friend who lives abroad. In this latter case, he is responsible for the maintenance and payroll expenses and taxes. Many owners prefer it, rather than leaving an empty apartment. Neo-Greek helps friends easily, he only expects them to find customers able to pay for the same work. Going to paint in a friend's place, in exchange for a meal and a beer, is not a problem, especially as dude will spray his number to all its neighbors when they need a painter at home.

Another characteristic of the neo-Greek, he consumes as little as possible. At home he has a pair of trainers, a pair of summer shoes and a pair of winter shoes. He changes when it's very necessary only.
Overall, he does not spend long to dressed in the morning as it only has one or two copies of each cloth. Every time he renews an element of his wardrobe, he favors the efficiency and robustness more than style and fashion, which is why he's often dressed in jeans, trainers and hoody.



Neo-Greeks are men or women, they are between sixteen to forty-five years old. It looks weird because they do not have projects. Buying a house, raising a family, pursuing a career, all these concepts are inaccessible to neo-Greeks who seek to enjoy the present above all, without any illusions about the future.


Personally, I find these neo-Greeks quite nice. In the Greek tradition, they put the philosophy, art and culture above productivity. The only thing that bothers me is that they adapt to a hostile system without trying to change the rules of the game They live next to the system, but offer few alternatives. Although, now when I think about it, I guess they may be right, that this system that oppresses us will collapse by itself when the New Greeks have become numerous enough and when the ancient Greeks are too tired to oil its wheels.


3 commentaires:

  1. Votre approche est extrêmement superficielle. Evidement vous chercher a cultiver des clichés!

    RépondreSupprimer
  2. Je suis grecque, et je ne suis pas DU TOUT d'accord avec ce que vous venez d'écrire. C'est bien dommage. Si vous avez besoin d'informations au sujet des grecs, de notre vie quotidienne, de notre vision de l'avenir, de leur nombre de paires de chaussures, de leur point de vu politique, des mouvements et choix politiques n'hésitez pas à me solliciter.
    Ce qui est désolant: des gens risquent de lire votre article et se dire que la Grèce d'aujourd'hui, c'est celle que vous venez de décrire.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Étrange. C'est l'un des articles dans lesquels je donne le moins mon avis personnel et où je m'appuie le plus sur la vision d'un ami grec, et il suscite beaucoup de réactions négatives.
      J'imagine que la façon dont cet ami voyait les choses n'est pas partagée, et pour être honnête, je réécrirais cet article différemment si je devais le refaire aujourd'hui. Les exemples qu'il m'avait donnés sont probablement des illustrations, et je les ai repris parce qu'ils ne me semblaient pas complètement déconnectés avec la réalité que je voyais autour de moi. Cet article, dont le moins qu'on puisse dire est qu'il ne fait pas l'unanimité, reflète la vie d'une partie de la population, même si elle est minoritaire...
      Sans aller jusqu'au nombre de paires de chaussettes, n'hésitez pas à me faire part de vos réserves ou de vos désaccords sur ce que j'écris. Comprendre un pays, quand on vient de l'étranger, est une tâche complexe et toutes les aides sont les bienvenues.
      cedriccitharel@rocketmail.com
      Je vois les choses différemment depuis que j'ai passé quelques heures avec un lecteur qui n'était pas non plus d'accord avec ce que j'écrivais.

      Supprimer