Restez informé par e-mail

samedi 13 octobre 2012

Que se passe-t-il en Grèce ?


What's happening in Greece?

Petit bilan avant que l'automne n'arrive sur Athènes.

Ici, comme je l'ai déjà signalé plusieurs fois, on demande à la population de faire un maximum d'efforts pour que rien ne change.
Certaines choses évoluent, néanmoins. En plus de se servir des étrangers comme de bouc-émissaires, le système organise des carnavals qui permettent aux mécontents de se défouler. La différence avec le moyen Âge, c'est que maintenant, on appelle cela des journées de grève générale.
Bien entendu, il y a quelques violences, mais elles restent sous contrôle puisqu'elles ne sont exercées que pendant ces jours carnavalesques, et si possible sous les fenêtres des grands reporters qui peuvent ainsi faire leurs photos et leur duplex depuis leur chambre d'hôtel.


De là à dire qu'il s'agit de manipulation, il n'y a qu'un pas... que je franchis allègrement. Des anarchistes qui ne s'énervent que sur la place du parlement, les jours de carnaval, alors qu'Athènes regorge de petites rues dans lesquelles les policiers auraient du mal à se déplacer, ça laisse perplexe. D'ailleurs, pourquoi est-ce que des gens au chômage devraient attendre qu'il y ait une grève afin de jeter des cocktails Molotov sur les symboles du pouvoir.
Sinon, on a aussi remarqué cette semaine qu'on pouvait se servir des Allemands pour canaliser la colère du peuple. C'est un jeu dangereux, mais qui a l'immense avantage de mettre tout le monde mal à l'aise, et de ne susciter aucun commentaire intelligent... du vrai carnaval !

Et si ces soupapes ne suffisent pas à calmer les exploités et les marchés, il est toujours possible de les empêcher de nuire. Pour cela, les recettes sont connues. D'abord, on brouille les pistes en donnant des messages contradictoires qui se succèdent dans la bouche des autorités pourtant censées être compétentes en matière de politique et d'économie ; ensuite, si cela ne suffit pas, on détourne l'attention en donnant au peuple des sujets de mécontentement fédérateurs, mais totalement inexploitables, comme des listes d'exilés fiscaux ou de personnalités dont la richesse est considérée comme suspecte.

Avec tout cela, les grandes sociétés (Carrefour, Crédit Agricole, coca-cola...) auront le temps de quitter le pays en limitant leurs pertes. Et ensuite ?

Ensuite, c'est de la science-fiction. Personne ne sait à quoi ressemblera la Grèce d'ici quelques mois.
Gageons néanmoins que les tensions qui règnent en ce moment entre la Turquie et la Syrie rappelleront aux dirigeants européens que le pays dispose d'un emplacement géostratégique de premier ordre et que Chypre ne servira pas de zone tampon si les choses s'enveniment au Moyen-Orient.
J'imagine qu'ils y ont déjà réfléchi et qu'en ce moment, ils hésitent entre dix années de crise supplémentaires (au moins) ou une dictature militaire qui aurait l'avantage de mater les contestataires et d'offrir un front fort face au Moyen-Orient et aux immigrants clandestins.


Le seul inconvénient, c'est qu'il sera difficile d'obtenir une nouvelle fois le prix Nobel de la paix avec une dictature au sein de l'Europe, mais après tout, dans quelques années, cela sera peut-être envisageable.

What's happening in Greece

Short summary before the Fall comes in Athens.

Here, as I have mentioned several times already, people are asked to make a maximum of effort so that nothing changes.
Some things are changing, however. In addition to using foreigners as scapegoats, the system organizes carnivals that allow unhappy people to vent their frustration. The difference with the Middle Ages is that now, such days are called days of general strike.
Of course, there is some violence, but it remains under control as it is only shown during the carnival days and, if possible, under the windows of the great reporters who can make their photos and have their duplex from their hotel room.


It's a short step to say that this is manipulation... and I happily do it. Anarchists who only get angry on Parliament Square, during the carnival days, while Athens is full of small streets where the police couldn't move easily, it makes me think. By the way, why unemployed people should wait until there is a strike before throwing Molotov cocktails at symbols of power?
Otherwise, this week, it has also been noticed that the Germans could be used to channel the anger of the people. It is a dangerous game, but it has the great advantage to make everyone uncomfortable, and to not raise any intelligent commentary ... some real carnival!

And if these valves were not enough to calm the markets and the exploited, it is always possible to prevent them from harming. This requires well known recipes. First, people have to be confused by giving conflicting messages that succeed in the mouth of the authorities supposed to be competent in the field of politics and economics yet, then, if this is not enough, their attention has to be diverted by being given unifying, but totally unusable, subjects of discontent as lists of tax exiles or people whose wealth is considered as suspicious.

Thanks to this, large companies (Carrefour, Crédit Agricole, coca-cola ...) will have time to leave the country by limiting their losses. And then?

Then it is science fiction. Nobody knows what Greece will look like within a few months.
I bet, however, that recent tensions between Turkey and Syria remind European leaders that the country has a geostrategic location of the first order and that Cyprus will not serve as a buffer if things turn worst in the Middle East.
I guess they have already thought about that and now they waver between an additional ten years of crisis (at least) or a military dictatorship who would have the advantage to suppress the protest and provide a strong front face Middle East and illegal immigrants.


The only disadvantage is that it would be difficult to obtain once again the Nobel Prize for peace with a dictatorship in Europe, but after all, in a few years, it might be possible.

4 commentaires:

  1. ouais,surtout que la police marche main dans la main avec l'extrème droite...(aube dorée)

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. comme chez nous avec le FN.

      Supprimer
    2. Vous au moins vous avez des solutions, mais encore ?

      Supprimer
  2. Pour ce qui est des solutions, je pense personnellement que tout ce qui est organisé afin de rafistoler et de faire perdurer un système basé sur l'exploitation et sur la manipulation ne fera qu'empirer les choses.
    Comme ce blog est un blog d'informations, je vous invite à vous rendre sur http://politiqueduchaos.blogspot.gr/ si vous désirez trouver du militantisme.

    RépondreSupprimer