Restez informé par e-mail

mardi 4 septembre 2012

Comment reconnaît-on les gentils des méchants pendant une manifestation de policiers ?


How do you recognize good guys from bad guys during a police demonstration?

Quand on se promène dans Athènes, la ville semble plutôt calme, et la plupart du temps, il ne se passe rien. Mais de temps en temps, au détour d'un chemin, on tombe sur une scène surprenante.




Ce jour-là, une manifestation avait lieu dans cette petite rue en plein centre-ville, et en m'approchant, j'ai pu constater que c'étaient bien des policiers qui exprimaient leur mécontentement.



L'événement était d'ailleurs bien encadré. Des journalistes prenaient des photos ou faisaient des vidéos pendant que quelques passants cherchaient à se frayer un chemin sans prendre part aux revendications des fonctionnaires.
Curieux, j'ai cherché à savoir ce qu'il se passait exactement. Et c'est à ce moment que j'ai compris que la situation était ridicule.

Alors qu'une partie des policiers criaient haut et fort (mais en grec) leurs revendications, l'autre partie était là pour les surveiller, et ne voulait donner aucune information.


video

Comme je trouvais tout cela plutôt amusant, je suis allé de policier en policier pour obtenir quelques renseignements. Ils étaient tous très polis, jusqu'à ce que je leur demande ce que disaient leurs collègues, et là ils tournaient la tête dédaigneusement.

J'ai donc fait quelques photos.




Et puis, las d'assister à une manifestation à laquelle je ne comprenais rien, j'ai décidé de m'amuser un peu.
J'ai repéré deux jeunes gens d'une trentaine d'années, en civil, adeptes du body-building, et dont l'un des membres du binôme était équipé d'une oreillette. Après avoir travaillé avec des barbouzes pendant une bonne partie de ma vie, je n'avais aucun doute sur le fait que ces deux individus étaient des policiers en civil.
Je suis allé les voir pour leur demander de m'expliquer ce qu'il se passait. Celui auquel je m'étais adressé regarda son collègue équipé d'une oreillette, ce dernier lui sourit bêtement, puis mon interlocuteur me dit que les policiers manifestaient contre les coupes budgétaires, avant de me faire signe de m'en aller.
Je suis resté pour me faire remarquer en continuant de prendre des photos, puis je suis parti.




Après seulement quelques dizaines de mètres, je me suis rendu compte que j'étais suivi. Et comme je ne voulais pas ramener la police chez moi, cela m'a pris une bonne demi-heure pour m'assurer que j'avais semé mes poursuivants. À Athènes, on ne rigole pas avec la sécurité.

Maintenant, si des gens qui parlent grec peuvent m'aider à traduire ce qui se dit sur la vidéo ou ce qui est écrit sur la banderole, je leur serais infiniment reconnaissant.



How do you recognize good guys from bad guys during a police demonstration?

When you walk in Athens, the city seems rather quiet, and most of the time, nothing happens. But from time to time, at the turn of a path, you can find a surprising scene.



This day, a demonstration took place in this small street in the city center, and as I approached, I saw that these were police officers who expressed their discontent.




The event was very well supported. Journalists were taking photos or videos while some walkers tried to make their way without taking part to the protest.
Curious, I wanted to know exactly what was happening. And that's at this moment that I realized the situation was ridiculous.

While some police were shouting loudly (but in Greek) their demands, the other part was there to watch, and didn't want to give any information.

video

As I found it rather funny, I moves from a policeman to another in order to get some information. They were all very polite, until I asked them what their colleagues said, and then they turned their heads dismissively.

Then, I made ​​a few photos.



Then, tired of watching an event I understood nothing about, I decided to have a little fun.
I spotted two young men of about thirty years, civilian clothes, bodybuilders, and one of them was equipped with a headset. After working with men in the shadow for a good part of my life, I had no doubt that these two individuals were undercover police.
I went to see them and ask them to explain me what was happening. The one I was talking to looked desperately at his colleague with the headset, the latter smiled stupidly and my was answered that the police were protesting against the cuts, then I've was told to leave.
To be sure I was spotted, I took a few pictures more, then I left.



After only a few tens of meters, I realized that I was followed. And as I did not want to bring the police to my house, it took me a good half hour to make sure I had sown my pursuers. In Athens, they don't mess with security.

Now, if some Greek speaker could help me translate what is said on the video or what is written on the banner, I would be infinitely grateful.

4 commentaires:

  1. Les banderoles disent en substance qu' "on ne touche pas à la sécurité"...
    cf http://greekcrisisnow.blogspot.nl/2012/09/ete-indien.html?showComment=1346775825282#c5776099052969515359

    RépondreSupprimer
  2. Le slogan des bats dans la vidéo: " Nous ne demandons pas beaucoup. Tout ce que nous demandons est la dignité " A traduire par "Etre traité dignement "

    RépondreSupprimer