Restez informé par e-mail

dimanche 16 septembre 2012

Athènes, ville assiégée

Athens, a besieged city

Les premiers orages d'automne, tombés sur la capitale hellénique, annoncent la fin de la saison touristique. Pourtant, les passants sont nombreux à parler français, ce dimanche après-midi, dans les rues d'Athènes.



Qu'ils soient retraités ou étudiants, beaucoup de Français ont décidé de faire le voyage en septembre. Et ils ont eu raison, la ville reste accueillante et on s'y déplace beaucoup plus facilement que sous le soleil de plomb qui l'accablait deux mois auparavant.

Le temps des manifestations est terminé. En Grèce, comme ailleurs, septembre est le mois pendant lequel on se remet au travail... quand on en a.



Ceux qui ne dorment pas dans des squats et ne cherchent pas leur nourriture dans les poubelles se disent qu'ils ont échappé au pire.
Certains se préparent à passer un hiver rigoureux, parce que beaucoup d'immeubles ne seront pas chauffés. Cela est devenu un luxe, mais cette fois au moins, les plus démunis ne seront pas surpris.

Bref, vous l'avez compris, Athènes vit comme une ville assiégée dans laquelle on défend ce que l'on peut encore défendre. Et la vague de violence à laquelle nous avons assisté dernièrement en Occident, et qui a épargné les Grecs, leur ferait presque oublier qu'ils ont été trompés par leurs dirigeants, spoliés par leurs banques et trahis par l'Europe.



Gageons que le recours à un ennemi de l'extérieur, pour calmer la population, aura des conséquences plus dramatiques dans des pays où les tensions intercommunautaires sont bien plus fortes, quoi qu'on en dise, qu'en Grèce.



Athens, a besieged city

The first storms of autumn fell on the Greek capital Greek and marked the end of the touristic season. However, a lot of pedestrians are speaking French, this Sunday afternoon in the streets of Athens.


Whatever they are retired or students, many French guys have decided to do the trip in September. And they were right, the city is welcoming and moving there is much easier than two years ago, under the scorching sun which overwhelmed the town.

Protest time is over. In Greece, as elsewhere, September is the month while people went back to work ... when they are employed.


Those who do not sleep in slums and do not seek their food from bins might think they have escaped the worst.
Some are preparing for a harsh winter, because many buildings will not be heated. This has become a luxury, but this time at least, the poorest should not be surprised.

In short, as you guessed, Athens is a besieged city in which things that can still be defend are defended. And because of the wave of violence that we have seen recently in the West, and that has not reached the Greeks, they could almost forget that they have been deceived by their leaders, robbed by their banks and betrayed by Europe.


Probably the use of an external enemy, to calm the population, will have more dramatic consequences in countries where sectarian tensions are strongest, anyway, than in Greece.


5 commentaires:

  1. Merci pour cet article.On voit que les Grecs sont bien loin d'être sortis de la misère et,qu'au contraire,ils s'y enfoncent de plus en plus;l'hiver va être très dur pour eux,voire une horreur.Mais que l'on se rassure,ça vient chez nous aussi.A moins,bien sûr,d'un sursaut de la population ...mais là,je suis très pessimiste.

    RépondreSupprimer
  2. Bonjour,

    Je serai curieux d'avoir votre opinion sur les récentes découvert de pétrôle en mer Egée (on parle de 22 milliards de barils, soit 2200 milliards de dollars, largement de quoi rembourser la dette).

    Les sources que j'ai consultée sur le sujet me semblent d'une crédibilité douteuse (réseau voltaire, repris sur de nombreux blogs altermondialistes et mediapart).

    Le sujet est-il abordé en Grêce ?

    RépondreSupprimer
  3. Bonjour,

    Jusqu'à présent, je n'ai rien entendu sur le sujet.
    Je ferais un "special report" si quoi que ce soit (autre que des articles de presse) arrive à mes oreilles.

    RépondreSupprimer
  4. Avez-vous lu les articles en question ?(on les trouve très facilement en faisant une recherche sur "pétrole" et "grêce" sur google).
    Si la moitié de ce qui est écrit est vrai, c'est extrêmement inquiétant.

    Et l'absence de réaction de l'union européenne face à la spoliation de ces ressources par la Turquie et (surtout) par les Etats Unis est incompréhensible.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Je pense qu'on parle des mêmes, et le problème, c'est qu'entre Wordpress et Skynetblog, il n'y a rien "d'homologué".
      Si vous voulez mon avis, cette affaire est à suivre de près, et si les infos qu'ils donnent se confirment, on pourra définitivement abandonner les articles de la presse dite "traditionnelle" pour chercher des alternatives...

      Supprimer