Restez informé par e-mail

jeudi 6 septembre 2012

À force de jouer avec le feu


When you play with fire

L’extrême droite, on la déteste, à juste titre, et pourtant on se sert d'elle.
Il faut être franc, un article dans lequel sont mentionnés les termes "extrême droite", "néo nazi" et "Aube dorée" a beaucoup plus de chance d'être lu que n'importe quel autre.
La preuve, mon article du 5 mai, L'extrême droite, vue par les Athéniens reste la page de mon blog sur laquelle il y a le plus de passages.

Alors, bien sûr, il ne faut pas minimiser le rôle de l'extrême droite néo nazi (qui a fait un score de 7 % en Grèce, aux dernières législatives). Bien sûr, il faut témoigner de tous ses crimes. Mais en plus d'en dénoncer les effets, il est important de réfléchir aux causes du phénomène, et elles sont multiples.




Depuis mon arrivée sur Athènes, j'ai eu l'occasion de discuter avec quelques personnes, en anglais ou en français (je ne suis pas encore assez bon en grec). Je dois dire que cela ne m'a pas marqué la première fois, mais à force, j'ai fini par relever une spécificité bien locale. Beaucoup de gens sont très heureux de ressembler à des Grecs. Ça n'a l’air de rien, mais imaginez en France, lorsque vous discutez avec des amis, que quelqu'un que vous venez de rencontrer déclare fièrement : "j'ai toutes les caractéristiques du Français de souche". Bien évidemment, cela ne signifie pas qu'il est un sympathisant d'extrême droite, mais cela peut quand même se révéler inquiétant.

Autre caractéristique : la façon dont les étrangers sont traités par les institutions. Je ne sais pas si les choses sont beaucoup mieux organisées en France, mais après avoir vu plusieurs fois les candidats à la naturalisation se marcher les uns sur les autres pour tendre leur dossier à travers le grillage de la station de police de Petrou Ralli, je ne peux que me dire que la façon dont ils sont officiellement considérés ne peut pas être que de la responsabilité des policiers.

Autre symptôme de la xénophobie latente qui règne dans le pays : les symboles. On a beaucoup parlé du symbole d'Aube dorée, en rappelant, à juste titre, qu'il n'était pas sans rappeler une croix gammée.

















Les politiciens locaux, comme les journaux occidentaux, ne ratent pas une occasion de rappeler que le drapeau du parti néo nazi sert à faire des appels du pied aux nostalgiques du IIIème Reich. Et même s'il ressemble aussi aux plaques d'égout d'Athènes, c'est sans doute le cas.





Toujours est-il que si les autorités s'inquiètent des symboles et si les médias veulent en parler, mais sans faire monter l'audimat avec Aube dorée, ils devraient s'attarder un peu sur le cas du musée de la philatélie, en plein centre-ville, dont je vous laisse admirer l'entrée.


Alors, oui, il faut dénoncer l'extrême droite. Il ne faut pas laisser la bête immonde s'imposer à nouveau en Europe, mais il ne faut pas oublier non plus que quand les journaux abordent le sujet, ils doublent leurs ventes et que quand les politiciens s'offusquent, ils parlent d'autre chose que de la crise et des mesures d'austérité imposées aux populations.

Lutter contre l'extrême droite passe par des mesures concrètes (d'éducation, de culture, de politique d'emploi...) dont les effets doivent être constatés sur le terrain (multiculturalisme dans les médias, dans les quartiers, dans les institutions...) Parler de l'extrême droite sans demander à nos politiciens d'agir, c'est comme raconter des histoires de tueurs en série à des petits enfants ; ça leur fait peur, ça peut les aider à ne pas monter dans la voiture d'un inconnu, mais ça ne résout pas le problème.



When you play with fire

The far right party we hate is also the far right partywe use.
To be true, an article mentioning the term "far right", "neo-Nazi" and "Golden Dawn" is much more likely to be read than any other.
Proof, my article of May the 5th, The far-right party, by Athenians is the page of my blog on which there are the more readers.

Of course, we can not minimize the role of the extreme right neo-Nazi party (who got a score of 7% in Greece, for the last legislative elections). Of course, we must report its crimes. But in addition to denouncing the effects of the phenomenon, it is important to consider the causes of it, and there are many.


Since my arrival in Athens, I had the opportunity to talk with some people, in English or French (I'm not good enough in Greek  yet). I must say that I didn't notice the first time, but finally, I realised a strong local specificity. Many people are very happy to look like Greeks. It does not seem so important, but imagine in France, when you chat with friends, someone you just met says proudly: "I have all the characteristics of native French." Of course, this does not mean he is a supporter of the extreme right party, but it is still be worrisome.

Another characteristic is how foreigners are treated by institutions. I do not know if things are much better organized in France, but after seeing several times candidates for naturalization stepping on each other to pass their file through the mesh of the police station of Petrou Ralli, I only can say that the way they are officially treated can not be on the responsibility of the police.

Another symptom of latent xenophobia that exists in the country is symbols. Much has been said about the Golden Dawn symbol, remembering rightly, that it was reminiscent of a swastika.










Local politicians, such as Western newspapers, do not miss any opportunity to remind the neo-Nazi party flag is used as a gesture to the Third Reich nostalgics. And even if also looks like the manholes of Athens, this is probably the case.


Still, if the authorities are concerned about the symbols and if the media want to talk about it, but without raising the ratings by talking about Golden Dawn, they should spend a little time on the case of the Museum of Philately in the city-center, whom I let you admire the entrance.













So, yes, we must denounce the extreme right. We can't let this foul beast win again in Europe, but we must not forget that when the papers talk about the topic, they double their sales, and when politicians are offended, they talk about other thing than the crisis and the austerity measures imposed on populations.

Fighting against the extreme right has to be made by concrete measures (education, culture, employment policy ...) whom effects should be observed in the field (multiculturalism in the media, in neighborhoods, in the institutions ...) Speaking of the far right parties without asking the politicians to act, it's like telling stories about serial killers to a small children. It scares them, it can help them not to get in the car of a stranger, but it does not solve the problem.



6 commentaires:

  1. Le nomimatisko museio Athinon a été construit au 19ème siècle donc bien avant le nazisme. A mon avis, il s'agit de svastika comme on peut les voir en Inde.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. En effet, vous avez raison.
      D'ailleurs, le sens giratoire n'est pas celui de la croix gammée.
      Maintenant, on peut se poser la question de la pertinence de laisser un tel symbole (même s'il n'est pas originellement hitlérien) en Europe, au XXIème siècle, surtout à une période marquée par le retour d'une extrême droite particulièrement dure.

      Supprimer
    2. Après vérifications, le symbole est dans les deux sens sur ce fameux portail.
      Bien sûr, il n'est pas lié "originellement" à la croix gammée, mais le fait qu'on l'ait laissé peut être considéré comme le signe d'une certaine tolérance avec ces politiques xénophobes.

      Supprimer
  2. Bon article.

    Je dirai qu'en général l’extrême droite a toujours servi les grandes banques et le système sur lequel, ils crachent.

    Le problème, c'est que pour eux, être tous humains, c'est faire parti d'un système marchand qui tendrait a nous rendre les mêmes et a supprimer les cultures , ce qui n'est pas tout faux.

    Mais disent ensuite que l'on vivrai mieux, a faire des guerres tout les 20 ans, pour des histoires de territoires perdus il y'a des milliers d'années, donc revenir sur les base de ce système, sur lequel ils crachent.

    J'ai fini...

    RépondreSupprimer
  3. La croix gammée est d'origine antique: elle signifie la fertilité si je me souviens bien de mes cours de grec ancien...
    Elle a été récupérée par le IIIeme Reich, mais en Grèce toute ces croix (gammées ou récupérées par aube dorée) sont purement et simplement des symboles de la Grèce antique récupérées pour "décorer" les bouches d'égouts et autres bâtiments.
    Bon courage dans tes cours de grec!
    Filia

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Eh oui, les symboles ne symbolisent pas les mêmes choses partout, même en Europe.
      Les cours commencent le 24, j'ai hâte :)

      Supprimer