Restez informé par e-mail

jeudi 7 juin 2012

Après les retraités, c'est au tour des malades de souffrir.

After the retired's, that's patients' turn to suffer.


Ce matin, je lis dans la presse française que les laboratoires pharmaceutiques ne fournissent plus la Grèce en médicaments.
Or, j'ai eu la chance, ce weekend, de discuter avec une infirmière qui a perdu son emploi à cause de la crise et qui s'est reconvertie dans la création de bijoux fantaisie. Elle m'a aussi donné quelques clés de lecture sur la crise sanitaire qui frappe actuellement le pays.






D'abord, il faut savoir que les grosses multinationales n'ont pas quitté la Grèce. Les tarifs des Starbucks sont même plus élevés à Athènes qu'à Paris ou à Londres.
D'après elle, si les laboratoires privés boycottent la Grèce, c'est surtout parce qu'ils comptent obliger le prochain gouvernement à privatiser son système de santé.


Un pays européens, dont les pharmacies appliqueraient la loi de l'offre et de la demande, et qui se retrouverait obligé d'accepter tous les médicaments arrivant sur son territoire, en étant tout juste capable de légiférer en urgence pour interdire les plus dangereux, ce serait du pain béni pour les multinationales de la santé.








After the retired's, that's patients' turn to suffer.

This morning I read in the French press that pharmaceutical companies no longer provide drugs in Greece.
Meanwhile, this weekend, I was lucky to talk with a nurse who lost her job because of the crisis, and who was converted into the creation of jewelry. She also gave me a few clues about the health crisis currently affecting the country.





First, we must know that the big multinationals have not left Greece. Starbucks rates are even higher in Athens than in Paris or London.
According to her, if private laboratories are boycotting Greece, this is mostly because they intend to force the next government to privatize its health system.

A European countries, whom pharmacies apply the law of supply and demand, and that would turned forced to accept all drugs entering its territory, being barely able to legislate in order to prohibit most dangerous in emergency, it would be a boon for multinational health.

4 commentaires:

  1. J'ai lu le blog avec intérêt. Dommage qu'il ne figure pas quelques lignes sur les fraudes à l'échelle du pays. Leur malheur ne vient pas que des multinationales...

    RépondreSupprimer
  2. Bonjour,

    J'ai la malchance d'être tombé sur un propriétaire avec lequel j'ai signé un bail et suis allé au bureau du fisc le plus proche pour qu'il déclare la location de son appartement.
    Je sais, tout le monde m'a dit que c'était vraiment exceptionnel.

    Jusqu'à présent, je n'ai pas encore versé de pot de vin et on m'a donné des reçus quand j'ai payé mes factures... Ça peut changer.
    Je n'hésiterai pas à témoigner quand je serai confronté au phénomène.

    RépondreSupprimer
  3. Votre prose en anglais laisse a désirer.....

    RépondreSupprimer