Restez informé par e-mail

vendredi 13 avril 2012

Orly - Terminal Sud


Demain, je serai en Grèce, mais avant de mettre les pieds dans le pays qui a vu naître la civilisation occidentale et qui la verra peut-être aussi disparaître, il me reste une nuit à passer en France. J’aurais pu faire la fête avec des amis ou des membres de ma famille, mais comme je ne me sentais pas le courage de me rendre à Orly pour m’enregistrer à quatre heures du matin afin de décoller aux aurores, j’ai décidé de passer cette nuit à l’aéroport.

Malgré le léger flou qui règne sur le site internet officiel ‘aéroports de Paris’ en ce qui concerne la possibilité ou non de rester toute la nuit sur place, nous sommes une bonne trentaine à nous retrouver à l’étage des arrivées, parce que les sièges y sont plus confortables et qu’on peut donc espérer s’y endormir.
Un vent de panique souffle dans le hall quand une voix métallique annonce que l’aéroport sera fermé de minuit et demi jusqu’aux premiers enregistrements. En ce début de printemps, passer une nuit dehors n’enchante personne. Le seul qui ne prête pas attention à cette annonce, c’est le SDF qui est visiblement un habitué des lieux. Égoïstement, je me dis que s’il est là, c’est probablement parce que nous sommes à l’endroit le plus confortable pour passer la nuit. Malgré le couinement de l’escalator à quelques dizaines de mètres et les aspirateurs qui vrombissent au loin, je reste éveillé avec la satisfaction d’avoir fait le bon choix.




Tomorrow, I will be in Greece, but before walking in the country who saw the Western civilisation birth and who might see it disappearing, I still have one night to spend in France. I could have party with some friends or other family members but, as I didn't feel courageous enough so as to go to Orly and check in at four am in order to take off at dawn, I've decided to spend this night at the airport.

Despite the blur on the official 'aeroports de Paris' website about the possibility or not to stay here the whole night long, we are more than thirty people together at the arrival stair, because the chairs are more comfortable and hopefully we will fall asleep there.
A chilling wind blew in the hall when a metallic voice announced the airport will be closed from half past midnight to the first check-ins. At the beginning of the spring, nobody's enthusiastic about spending one night outside. The only one who doesn't care about this announcement is the homeless guy who, obviously, usually stays here. Selfishly, I say to myself than if he's here, that's probably because we're in the most cosy place to stay for the night. Despite the squealing of the escalator a few decades of meters away and the vacum cleaners who vrombissent far away, I stay awake with the satisfaction I've made the right choice.

Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire